Aranis Particularité

Le Val d'Aran ou Vallée d'Aran est une vallée adossée, au Sud, à la crête des Pyrénées centrales, depuis les cimes orientales du massif des monts Maudits jusqu'aux sommets qui dominent le port de la Bonaïgue, et bornée, au Nord, par une ligne de montagnes bien moins élevées, dont les sommets principaux sont les pics Maubermé et de Crabère. C'est dire que la vallée d'Aran, qui est rattachée politiquement à l'Espagne et dépend de la province de Lérida (Catalogne), appartient à la France par sa situation géographique: toutes les eaux de son territoire sont tributaires de la Garonne; la flore y est également caractéristique du versant Nord des Pyrénées.

Le val d'Aran (ou Aran) se distingue de l'ensemble de la Catalogne par sa personnalité propre. Aran est un territoire lié par la situation géographique, l'histoire, la langue et la culture aux terres gasconnes et à la grande famille occitane mais uni librement, grâce à un pacte, à la principauté de Catalogne. En 1175, par le traité d'Amparanza que les Aranais signèrent avec le roi Alphonse Ier, la vallée passa sous l'autorité de la couronne catalano-aragonaise. En 1313, les Aranais décidaient, à l'occasion d'une consultation populaire, que la vallée demeurerait sous l'autorité de la couronne catalano-aragonaise et Jacques II octroyait l'ensemble de privilèges connu sous le nom de "Era Querimònia", véritable Grande Charte d'Aran, ratifiée par tous les rois jusqu'à Ferdinand VII. De plus, en 1411, le syndic d'Aran offrit l'union libre et consentie d'Aran à la principauté de Catalogne, ce que le Parlement catalan accepta. Le décret de Nueva Planta, en 1716, supprima les institutions politiques de la Catalogne mais n'affecta pas le régime politique et administratif du val d'Aran qui, pour cette raison, ne fut pas incorporé dans l'une des neuf nouvelles divisions administratives de la principauté. Puis, en 1834, la régente supprima les institutions traditionnelles aranaises, ce qui culmina dans le coup de force du gouverneur Pascual Madoz qui imposa dans le val d'Aran le nouveau régime d'administration de l'État.

La présente loi prétend accomplir le mandat inscrit dans le Statut d'autonomie en rétablissant le Conseil général et le Syndic d'Aran en tant que principales institutions de l'organisation administrative propre au val d'Aran. Le rétablissement de ces institutions aranaises constitue un acte de réparation historique.

En ce sens, la présente loi restitue aux Aranais, en l'actualisant, une structure administrative qui, sans préjudice de l'organisation municipale, peut rendre possible la gestion plus décentralisée dans les domaines qui touchent directement les intérêts particuliers du territoire comme: le rétablissement de l'organisation administrative propre, l'aménagement linguistique, la protection et l'enseignement de l'aranais, la conservation des particularités culturelles, de même que l'établissement d'un cadre juridique permettant au Conseil général d'assumer les compétences que lui délègue ou lui assigne l'administration de la Generalitat conformément à la législation en vigueur.